Bâle III : La cristallisation des tensions entre banques et régulateurs

Depuis plusieurs semaines, les banques font connaître leurs craintes sur la transposition des règles mondiales de solvabilité négociées dans le cadre du Comité de Bâle. La raison ? Les nouvelles règles prudentielles dévieraient de leur objectif initial faisant notamment craindre un prix à payer trop fort et une baisse de leur compétitivité, dans un environnement toujours plus concurrentiel.

Vous pouvez télécharger le point de vue de Benoît Genest, Partner Risk & Finance, ci-dessous.

Scroll to Top